Défense des intérêts

Le lobbying au nom de nos courtiers et agents immobiliers représente à lui seul la fonction la plus importante qu'exerce l'ACI. Renseignez-vous davantage sur l'art et la science dont se sert l'ACI pour influencer la politique publique.

Les enjeux des affaires gouvernementales fédérales à Ottawa peuvent se jouer sur un terrain convoité et concurrentiel.

Les associations professionnelles représentent les intérêts de leurs membres durant leurs interactions avec les députés et les hauts fonctionnaires. Plus de 5 100 lobbyistes enregistrés travaillent à Ottawa sur une foule de sujets différents. Par exemple, il y a 24 questions précises pour lesquelles l'ACI exerce régulièrement des pressions auprès des parlementaires et fonctionnaires. En ne tenant compte que des cinq principaux sujets sur lesquels ces 5 100 lobbyistes se penchent, on compte plus de 4 600 rencontres individuelles avec le gouvernement fédéral l'année dernière.

C'est beaucoup de bruit et l'ACI travaille fort pour que la voix des courtiers et agents immobiliers se fasse entendre.

Même si l'ACI a rarement à faire concurrence avec les autres associations professionnelles dans le sens d'avoir un objectif ou point de vue différent sur une question donnée, votre association nationale doit faire concurrence à toutes les autres associations pour ce qui est du temps et des rendez-vous au calendrier des législateurs fédéraux.

« Nous devons faire concurrence aux fonctionnaires du ministère des Finances, aux fonctionnaires du CANAFE (le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada), aux fonctionnaires du bureau du premier ministre et aux fonctionnaires d'Industrie Canada », fait savoir Randall McCauley, le responsable des affaires fédérales de l'ACI. « Il s'agit de gros portefeuilles. Ces ministres ont beaucoup de responsabilités et nous nous battons pour attirer leur attention, souvent sur une période prolongée, dans le but de faire apporter des modifications à une loi, à un règlement ou à l'interprétation d'une ligne directrice. »

Message de la PRÉSIDENTE

Notre association est devenue plus souple et réceptive

C'est en grande partie à la suite du projet sur l'avenir, lancé il y a deux ans...

Informez-vous >

Technologie

Le nouveau site Web REALTOR.ca

Le nouveau site Web REALTOR.ca a fait l'objet d'un essai bêta approfondi au cours de 2013, d'abord par...

Informez-vous >
« Nous devons faire concurrence aux fonctionnaires du ministère des Finances, aux fonctionnaires du CANAFE (le Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada), aux fonctionnaires du bureau du premier ministre et aux fonctionnaires d'Industrie Canada. »

Randall McCauley

À titre de vice-président des Relations gouvernementales et publiques, Randall McCauley contribue à façonner l'image de l'ACI et des courtiers et agents immobiliers auprès des médias, du public et du gouvernement – ce qu'il juge être « un art plutôt qu'une science ». Randall a eu une carrière mouvementée en politique au cours de laquelle il a acquis de l'expérience en travaillant sur la Colline du Parlement avec divers hauts fonctionnaires, y compris le premier ministre. Il a également travaillé pour une importante société d'experts-conseils et supervisé les relations gouvernementales canadiennes au sein d'une compagnie pharmaceutique.

Ce processus peut être impitoyable; il se mesure souvent en années et se trouve en contradiction avec l'évolution rapide du secteur immobilier où les transactions s'effectuent en quelques semaines ou même en quelques jours. « Le gouvernement est comme un paquebot », ajoute M. McCauley. « Il ne peut pas faire demi-tour en un clin d'œil, nous ne pouvons qu'espérer réussir à en changer un peu le parcours; cependant, nous ne pouvons tout simplement pas lui faire faire demi-tour à toute vitesse. »

Les autres grands segments de l'économie, tels que le secteur de l'énergie pour lequel un gouvernement occidental a une affinité naturelle ou encore le secteur de la téléphonie sans fil qui fait des campagnes qui retiennent l'attention du public, ont plus de facilité à attirer l'attention du gouvernement. Toutefois, le secteur immobilier dispose d'un atout important, contrairement aux autres secteurs. « Tout comme les députés, le nom des courtiers et agents immobiliers se retrouvent sur des enseignes dans chaque collectivité au pays », précise M. McCauley. « Notre avantage, c'est d'être 107 000 membres répartis dans toutes les collectivités au pays. »

Message du chef de la DIRECTION

Les courtiers et agents immobiliers adorent parler... l'ACI aussi

Les courtiers et agents immobiliers sont des communicateurs accomplis...

Informez-vous >

Le lancement du Réseau d'action immobilier

En créant le nouveau Réseau d'action immobilier, l'objectif de l'ACI était de regrouper les 107 000 intervenants communautaires du secteur immobilier pour donner une voix puissante aux courtiers et agents immobiliers. Lancé en 2013 durant le congrès de défense des intérêts des Journées du CAP (Comité d'action politique) de l'ACI, tenu à Ottawa en avril, le Réseau d'action immobilier est le premier en son genre au Canada.

Plus il y aura de courtiers et agents immobiliers à se joindre au Réseau, plus le Réseau sera efficace. En étant membre du Réseau vous pouvez :

Atténuer l'effet des décisions

du gouvernement fédéral qui touchent votre entreprise et vos clients en vous connectant automatiquement à votre député dès que l'ACI vous envoie un appel à l'action par courriel.

Obtenir des renseignements privilégiés

sur les lois et les règlements fédéraux qui ont des répercussions sur votre entreprise, ce qui vous permet d'aider vos clients à comprendre comment ils seront touchés.

Apporter une contribution

au programme des affaires fédérales de l'ACI.

Grâce aux pressions exercées, l'ACI a réussi à obtenir des modifications à la loi anti-pourriel

La loi anti-pourriel, qui vise à protéger les consommateurs et à réduire les courriels indésirables, est un des dossiers les plus importants sur lequel s'est penché le programme des affaires fédérales de l'ACI au cours des dernières années. Bien que l'ACI appuie entièrement le principe de la loi, plusieurs parties de cette dernière, si elles étaient entrées en vigueur, auraient grandement limité la façon dont les courtiers et agents immobiliers mènent leurs affaires en temps normal. Au cours des quatre dernières années, l'ACI a réussi à obtenir neuf modifications distinctes à la loi et aux règlements, qui réduisent le fardeau en matière de conformité à la nouvelle loi et qui préservent des pratiques de commercialisation essentielles auxquelles ont recours les courtiers et agents.

Les efforts de l'ACI dans le dossier anti-pourriel sont un exemple typique du travail effectué à l'échelle fédérale dans le cadre de la défense des intérêts. Ce fut un travail de longue haleine qui a exigé une attention constante à mesure que le projet de loi traversait les différentes étapes de la rédaction, de la révision, des règlements, et maintenant, de la mise en œuvre indéterminée. Notre travail ne s'arrêtera pas avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, prévue le 1er juillet 2014. Nous continuerons à surveiller la mise en œuvre de la loi et nous travaillerons avec le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes, qui est responsable de l'application de la loi, afin de protéger les intérêts de nos membres. Nous travaillons sur des lignes directrices de conformité afin de nous assurer que nos membres comprennent leurs obligations en vertu des nouveaux règlements.

L'ACI travaille à réduire le fardeau réglementaire du CANAFE

C'est un fait indéniable que les transactions immobilières requièrent le transfert de sommes importantes de l'acheteur au propriétaire-vendeur. Par conséquent, ces transactions font l'objet d'un examen approfondi en vertu des ententes internationales que le Canada a signées. Les courtiers et agents immobiliers sont ainsi assujettis aux activités du Centre d'analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE).

Le gouvernement s'apprête à renforcer certains de ses règlements dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent, particulièrement en ce qui concerne la diligence raisonnable à l'égard des consommateurs, de sorte que le Canada se conforme mieux à ses engagements internationaux. Les règlements auront des répercussions sur les courtiers et agents immobiliers. L'ACI cherche à réduire la paperasse que les courtiers et agents devront remplir pour se conformer aux nouveaux règlements et, en fin de compte, à les aider à comprendre comment se conformer aux nouveaux règlements et aux évaluations de conformité.

Tout comme dans le cas de la loi anti-pourriel, le travail de l'ACI dans le cadre du CANAFE est un exemple qui illustre à quel point un lobbying réussi est un effort lent, mais constant, qui atténue les répercussions négatives d'une réglementation qui aurait pu autrement imposer un fardeau de conformité beaucoup plus grand aux courtiers et agents immobiliers.

CANAFE

L'unité du renseignement financier au Canada, dont le mandat est « de faciliter la détection, la prévention et la dissuasion du blanchiment d'argent et du financement des activités terroristes tout en assurant la protection des renseignements personnels que nous détenons ».